Sommes-nous trop indulgents vis-à-vis de la génération Y ?

Juliette Dennett

En tant que personne qui a aidé à produire et à éduquer la génération de l’an 2000, je ne devrais probablement pas être surprise par la liste très claire de leurs désirs en matière de carrière. Et pourtant, de temps en temps, je ne peux pas m’empêcher de penser que la liste est un peu excessive. Nous n’étions pas si pointilleux !

Rappelons-nous ce que nous savons de cette génération qui, d’ici l’année 2020, représentera 40% de la population active :

  • La majorité d’entre eux disent, que leur priorité est de créer un monde meilleur.
  • Ils cherchent à travailler et à s’investir dans une organisation dans laquelle ils peuvent améliorer les choses, et qui de préférence contribue elle-même à améliorer le monde.
  • Ils veulent un(e) patron(ne) qui consacrera davantage de temps à les coacher et à les guider.
  • Ils préfèrent une culture entrepreneuriale basée sur la collaboration, plutôt que sur la compétitivité.
  • La plupart d’entre eux voudraient des emplois du temps flexibles.
  • Ils veulent une intégration travail / vie privée, ce qui n’est pas la même chose que l’équilibre travail / vie privée, car le travail et la vie privée s’entremêlent à présent inextricablement.

Toutefois, dans le monde actuel où le cycle de vie professionnelle s’étend, nos « Millénials » continueront à se battre pour grimper l’échelle corporative pendant que les travailleurs plus âgés de leur côté, retarderont leur départ à la retraite et s’agripperont aux rennes du pouvoir.

Examinons donc l’impact qu’aurait la création d’un environnement favorable à l’épanouissement de cette nouvelle génération. Voici à quoi il devrait ressembler :

  • Un lieu de travail avec une éthique, une responsabilité sociale et un impact positif sur la société dont les salariés peuvent être fiers
  • Des relations positives entre collègues sont encouragées, associées à un haut niveau de collaboration et d’entraide
  • Leaders et managers traitent les gens de façon équitable et respectueuse et sont des coachs et mentors engagés
  • Salaire, participation aux bénéfices et promotions sont mis en œuvre de façon équitable et tout le monde a droit à une reconnaissance particulière
  • Il existe une communication forte, ouverte et à double sens ainsi qu’une haute tolérance à la prise de risque

Cette génération de nouveaux travailleurs a peut-être grandi dans un monde digital plein d’incertitude et dans un déluge de soins parentaux. Mais à la fin, ils veulent les mêmes choses que nous voulons tous : de la flexibilité, un travail qui a du sens, des relations positives, choisir son travail et avoir des opportunités d’apprendre. En construisant un environnement adapté à la nouvelle génération, nous créons un meilleur lieu de travail, plus réjouissant, où tout le monde peut être plus impliqué.

Pendant que les « Millénials » inonderont nos entreprises, il est plus que probable que nous autres modifierons nos attitudes afin de leur ressembler davantage, et est-ce que ce serait vraiment si grave ?

Susciter l’engagement de la génération Y

Livre Blanc gratuit